Une belle histoire de famille

274155818_977541589557428_3994628349114220315_n_edited.jpg

Lili  P.

~ 50 ans et plus. Aïe, tout passe si vite, je rêve d'un bonus temps !

~ J'ai un amoureux depuis très très longtemps ! Maman de 4 enfants... oups...le petit dernier a 20 ans. 

1999 Nous quittons Toulouse pour le Bassin d'Arcachon. Je finalise la rédaction de plusieurs essais, publie quelques romans et monte un projet associatif dédié à la création. 

2001 Ouverture sur Le Teich de « La Scribouille », un atelier pour enfants, où comment écrire selon les règles mais sans prise de tête, en alliant créations artistiques et concours de mots. 

2006 L’atelier devient une boutique et se déplace dans la galerie U sous l’enseigne «Rose Pudding». C'est le rdv des marques, Country Corner, Amadeus, J-Line...

2007, naissance de ma propre fabrication « Les Secrets de Grand’Mam» puis en 2014 de « Confiture de Bisous ». La boutique est vendue mais l'atelier perdure sous le nom de Créateich. Début 2022, il reprend son enseigne d'origine [Rose Pudding], et est déplacé sur la commune de Mios, aux portes du Bassin avec sa nouvelle marque Bobo M. made in Mios

Au tout début

93994631_o[1].png

2007, Je perds ma grand-mère, une lourde épreuve. Depuis l'enfance, elle me trainait comme son ombre, espérant me convertir, sinon aux bonnes manières, à la couture. Moi, je préférais errer dans l'atelier de mon grand-père plutôt que de la regarder faire. Mon entêtement l'agaçait, elle disait "... si tu ne te conduis pas comme une fille, aucun mari ne t'épousera !" Je m'en fichais, je voulais écrire et couper du bois !
Son départ allait être pour moi, une révélation.
La petite histoire : Elle avait un trésor, une boîte de vieux boutons disparu le même jour qu'elle. Etrange affaire non élucidée. De retour de Paris où on l'avait mise en terre, l'envie de coudre me donna la fièvre. Il me fallait une machine, de suite, comme ça, comme si j'en avais toujours rêvé et que l'instant était enfin choisi. Évidemment, je n'avais pas appris, entêtée j'étais ... mais je savais qu'au delà de cette invraisemblance, 
était né en moi, un besoin fou d'autre chose ; ne pas laisser s'éteindre ce que les femmes de notre famille avaient acquis au fil du temps

 

Un parcours très riche dans une toute petite vie

board-953154_1920_edited.jpg

Grandir, je m'y étais refusée. Il était encore bon de jouer, de rire pour rien, de rêver, d'écrire des histoires, de manger des bonbons, d'avoir des secrets. Je n'avais pas fait beaucoup d'études, ce n'est pas toujours une question de choix. Pour palier à mes lacunes, j'avais donc beaucoup travaillé et appris. Ce savoir naissant qui m'avait été offert, je n'avais cessé de le transmettre à mon tour, cherchant par tous les moyens, à partager ce qui me plaisait tant. A quoi bon ne rien donner si la vie vous offre de savoir faire quelque chose. Il me fut dit que j'étais insupportable puis curieuse et tardivement, hyper active. Cette hyper activité non décelée aux prémices de l'enfance, mêlée d'une personnalité ambivalente fut tout à la fois mon ennemie et mon alliée. Grâce ou à cause de cette "dite anomalie comportementale" dont il me fut expliqué avec politesse, qu'elle était lourde de conséquences, je ne pus jamais répondre à la question embarrassante "...et toi, tu fais quoi dans la vie ?"

Et toi, tu fais quoi dans la vie ?

composing-2925179_1920 (1)_edited.jpg

J'étais une artiste à part entière que l'hyper activité avait bardée d'intérêts pour tout. Comme si rien n'était suffisant, je m'étais délectée sur les planches de la comédie, j'avais passé des nuits à écrire des trucs qui ne servaient à rien, publié mes écrits, survolé des tas de romans qui n'étaient pas de moi, porté un grand intérêt aux accords toltèques, tenté la méditation, étudié la science de l'ennéagramme, travaillé le bois, les perles, le mariage des matières, monté des projets caritatifs, peu dormi, croqué la vie comme pas permis ...  Et voilà qu'il me venait une autre passion, coudre ! Plus de doute, il y avait plusieurs "moi" en moi ! Ils avaient raison, un truc ne collait pas mais quoi ?  Comment pouvais-je savoir qui j'étais, et surtout, comment répondre à : "Et toi, tu fais quoi dans la vie ?" puisque je faisais tout à la fois !

S'accoutumer de tout

20160819_195141.jpg

​Finalement, on s'accoutume de ne pas être tout à fait comme tout le monde, on est habité de petites folies, on s'émerveille de tout. On peut être solitaire, silencieux, observateur, sans jamais se mettre en scène. On se moque du regard de l'autre, on est attentif mais jamais dans le moule. On a conscience de ne pas être née pour rester et chaque minute est un cadeau de la vie. C'est vers la quarantaine que j'ai décidé contre toute attente, de ne plus répondre à cette curiosité, ce que je faisais dans la vie ? Quelle importance ! Pourquoi devions-nous forcément faire quelque chose qui s'inscrive dans un genre ou une catégorie ? Je pouvais enfin répondre très simplement à cette question sans me torturer ne se savoir que dire :

" Moi ? Je fais quoi dans la vie ? Eh bien, je ne perds pas de temps et j'aime ça !"

Respect de l'environnement

Profiter de la nature

Avec le temps, j'avais acquis la volonté de participer à la préservation de notre territoire, et plus largement, de l’environnement, mais pas à n'importe quel prix et pas de façon brutale. En ce sens, je suis attentive aux pratiques intelligentes des cheffes d'entreprises qui me devancent en matière d’éco responsabilité. Pour mes fabrications, je vise des créations esthétiques, utiles, pratiques et durables ; je dessine des tutos simples. La personnalisation est réalisée avec des pochoirs coupés dans du carton recyclé. Une affection pour la récup, les jolis cotons, le linge ancien, le chanvre, le lin et la toile de jute. Certains projets sont imaginés à partir de napperons, linge et dentelles chinés, d'autres avec du bois ou du neuf revisité. Les chutes sont conservées et, bien assemblées, invitent à la créativité. Pour l'organisation d'événements, la location d'objets de décoration s'est imposée comme une évidence. On n'achète plus pour une seule occasion, le temps est venu d'optimiser.

On fait de son mieux

Bureau d'une blogueuse

À chacun sa vitesse.

Au tout début, développer ma petite entreprise tout en favorisant une éco démarche réfléchie m’était apparu tout à la fois complexe et non discutable. Complexe, car la culture du développement durable était arrivée tardivement dans mon quotidien et, non discutable, car l’idée de préserver l’environnement avait enfin trouvé un sens dans mon existence. Au fond, un soupçon de patience, d’ingéniosité et de bonne volonté m'avait permis de changer peu à peu mes vieilles habitudes.

Une seule vie, plusieurs casquettes

Carnets mignons

Ecrire pour parler de tout. En marge de l’atelier, je ne cesse d’écrire. Je pense que l’esprit se nourrit tout à la fois du quotidien et de l’imaginaire, comme si la complexité de l’un ne pouvait exister sans le génie de l’autre. Depuis l’enfance, je suis comme un serpent sur la roche, inspirée par un besoin instinctif d’observer tout autour et de consigner dans des carnets mes expériences de vie ainsi que celles de mes semblables. À travers ces textes, sans préjugés, ni dramatisation, je cherche à décrypter l’autre, en cultivant, instant par instant, par le métissage de mes rencontres et de ma propre histoire, stratégies d’adaptation et émotions positives.

Rose Pudding

logo rp2_edited.jpg

Revenir aux essentiels, reprendre le fil d'une aventure précédente ... Quelle idée ! C'était tout moi, ça ! Après la Scribouille, il y avait eu Rose Pudding puis Rose Pudding s'en était allée et voilà que Rose Pudding renaissait de ses cendres ! 

Ainsi va la vie, faite de petits morceaux de tout, des embruns rangés, ni jetés, ni oubliés ... une jolie manière de laisser une empreinte de soi.

Ma grand-mère, 

Ma mère, Mes filles 

Une histoire de femmes liées par un sens profond de la famille et un intérêt commun pour la décoration.

Grand'Mam, son statut de femme l'encordant aux préjugés de son époque, usa de discernement pour cultiver sa liberté et son attachement aux jolies choses. Elle n'avait pas de compte en banque, pas de voiture, ni permis. Ses tables du dimanche inspirées des garden-partys du siècle des lumières, lui avaient assuré jusqu'à sa fin, le titre de "maitresse de maison", si précieux à ses yeux. 

Mam, mon artiste aux mains de fées, nous avait appris que rien ne se jette sinon l'oeil sur l'étal du brocanteur. Quand j'étais enfant, nous faisions des km pour chiner des petits riens à retaper. Pas de télé, on ne s'ennuyait jamais. Il suffisait qu'elle remonte ses manches, sorte papier de verre, outils et pinceaux, dise : on y va, je la suivais !

Mes filles, 

Cha l'aînée, instructeur de plongée, a voyagé 8 ans entre l'Australie et la Thaïlande. Elle s'est inspiré des essences du monde asiatique avant de revenir chez nous, l'âme styliste, avec des projets plein la tête.

Marie Pop, née entre les 2 garçons, Max et Val, elle est mon petit moi. La décoration et les mises en scène, elle adore ! Plutôt tournée vers les Baby Shower et décorations de tables, pour des événements tout en douceur.